Sauvegarde du domaine de Villarceaux

Villarceaux

Question écrite n° 05737 de M. Rachid Temal (Val-d’Oise – SOCR)

Publiée dans le JO Sénat du 21/06/2018 – page 3044

M. Rachid Temal attire l’attention de Mme la ministre de la culture au sujet de l’avenir du domaine de Villarceaux.

Ses deux châteaux, ses parcs et jardins, ses plans d’eau, font de ce lieu majestueux, empreint d’histoire, un joyau du patrimoine francilien. Situé sur la commune de Chaussy au cœur du Vexin français dans le Val-d’Oise le domaine de Villarceaux voit son avenir menacé.

Aujourd’hui le domaine est accessible à tous, publics franciliens et touristes. Il accueille en son sein de nombreuses pratiques artistiques à destination du jeune public et des publics éloignés de la culture.

Propriété de la fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l’homme, il est géré depuis 1989 par le conseil régional d’Île-de-France. Sa présidente n’exclut pas l’arrêt de l’exploitation par le conseil régional du château faisant ainsi peser une menace sur le maintien de l’ouverture au public.

Céder et privatiser ce domaine d’une richesse inestimable serait une perte incommensurable pour le patrimoine culturel et touristique régional et valdoisien.

Dans le Vexin plusieurs associations sont mobilisées : une pétition à l’origine de trois habitants de la commune Chaussy recense déjà plus de 2 000 signatures. Les maires des communes du Vexin se réunissent régulièrement afin de réfléchir collectivement et d’établir des propositions concrètes pour le maintien de ce site, qui a une vocation culturelle et sociale, accessible à tous.

Une proposition pertinente qui semble être la plus adaptée à la situation a été formulée par le président d’une association locale (de défense de la culture et du patrimoine). Il s’agit d’une gestion par un établissement public de coopération culturelle commun avec le château de La Roche-Guyon, créant ainsi un pôle culturel composé de ces deux sites patrimoniaux exceptionnels et complémentaires. Cette solution permettrait de mutualiser les moyens et la stratégie de gestion (ressources humaines, finances, communication, projet culturel, etc.). Ce modèle de gestion permettrait, du reste, de développer les recettes grâce à une activité complémentaire (location de salles pour des événements publics ou privés, vente de produits – carterie, librairie) et de maintenir ainsi le site dans le domaine public.

Il l’interroge donc sur les conséquences désastreuses qu’engendrerait la cession de ce domaine à des intérêts purement privés ôtant ainsi aux amoureux de la culture et du patrimoine franciliens ou aux simples curieux l’accès et la jouissance de ce lieu remarquable.

Réponse du Ministère de la culture

Publiée dans le JO Sénat du 27/09/2018

Le texte de cette réponse n’est pas disponible à ce jour.

Source : Le Sénat

Retourner aux actus
2018-10-22T13:27:08+00:00septembre 24th, 2018|La Presse en parle|0 Comments

Leave A Comment